Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2010

jean-marie palach

Extrait de la nouvelle "Le choix de l'amiral", lauréate du concours 2010 de la Compagnie du Barrage.

La ville bretonne bruissait de la rumeur. Deux bateaux de l’escadre de René Dugay-Trouin allaient mouiller dans le port, avant de rejoindre le reste de la flotte ancrée dans la rade de Brest. En l’an de grâce 1711, le capitaine de la marine royale préparait avec minutie, à la demande du roi Louis le Quatorzième, une expédition punitive contre le Brésil, pour venger l’affront subi l’année précédente par les cinq vaisseaux commandés par Duclerc.

Les voiles des deux trois-mâts claquaient dans le vent alors qu’ils manoeuvraient pour accoster. Sur l’un d’entre eux, plusieurs gabiers s’activaient pour replier la grande hune. Loïc jeta un dernier regard sur les navires puis repartit en courant vers le centre de la ville. Il arriva, essoufflé, devant une pauvre taverne, descendit les trois marches d’accès, baissa la tête pour ne pas heurter le linteau et parvint dans la grande salle obscure, déserte au milieu de l’après-midi.

Jean-Marie Palach 019.jpg

ENTRETIEN - août 2010

une des définitions de l'écrivain: c'est l'artisan

alors...
 
aimez-vous les travaux manuels?
 
Pas vraiment. Je ne les déteste pas non plus. Mais je n'ai aucune passion pour la menuiserie, le confection de maquettes ou la broderie. En revanche, j'aime bien m'occuper de mon jardin, planter et tailler les arbres ou ce genre de choses, avec la satisfaction immédiate ou un peu différée de voir le résultat.
 
et aussi les contraintes pratiques: faire les courses par exemple, à quel endroit et pourquoi?
 
J'aime bien faire les courses, mais à petites doses. Au bout d'un certain temps, j'ai envie de fuir et de passer à autre chose. J'habite en banlieue parisienne et je travaille en semaine, alors je privilégie les grandes surfaces pour faire le maximum de courses en le minimum de temps pour sauver le reste du week end. Un plaisir que je préserve, acheter les pains au chocolat le dimanche matin chez le boulanger du quartier.
 
qui aimez-vous lire?
 
Je lis ou relis tout à la fois les auteurs confirmés et ce que m'indiquent ou m'offrent mes proches. Et aussi des romans policiers. Pour les auteurs confirmés, c'est un plaisir mais sans surprise. Je savais que je ne serai pas déçu (dernièrement, j'ai relu ou lu "La Peste" de Camus, "les Mots" de Jean-Paul Sartre et "La Mort est mon métier" de Robert Merle). Pour les autres, ça dépend. Il s'agit souvent de prix littéraires offerts à l'occasion de fêtes. 
 
avez-vous des enfants et si oui, quel est le rapport (instauré, avoué, secret?...)avec papa ou maman qui écrit?...
 
J'ai commencé à écrire des nouvelles au début de l'année et mes enfants sont grands (Une fille de 24 ans et un garçon de 22 ans). En revanche, quand ils étaient petits, je leur racontais des histoires chaque soir, pendant des années, et ils adoraient cela et moi aussi . J'inventais les histoires au fur et à mesure. L'héroïne que j'avais créée s'appelait Tata la Panda. Des personnages la rejoignaient au fil des soirs et à la fin ils formaient une troupe conséquente, dont l'énumération commençait chaque nouveau récit. Je joins une novuelle que 'jai rédigée cette année en me souvenant de cette période. Les enfants ont grandi, ils ont eu chacun leur chambre et nous avons abandonné ce rituel.
 

Les commentaires sont fermés.