Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2011

Oulan Bator le 19 juin 2011

Un des membres de la Compagnie du Barrage dans le train chinois de passage à Oulan Bator le 19 juin 2011, le dimanche matin vers 7H00 comme c'est l'usage (départ de Moscou le mardi soir, arrivée à Pékin le lundi à 14H00). En photo vendeur d'eau et de soupe sur le quai, nouveau wagon-restaurant (mongol), yourtes à la sortie d'Oulan Bator et paysage de fin de journée quelques minutes avant la nuit.

concours transsibérien 2011, moscou, pékin, bordeaux, compagnie du barrage,concours de nouvelles

 

 

13/12/2010

Concours littéraire et photographique Transsibérien 2011

Photo 794.jpg

Compagnie du Barrage – Bordeaux  (France ) - Concours Transsibérien 2011 (écriture/ image)

 

 

 Article 1 (Objet)

Par le présent règlement, du 14 octobre 2010 au 15 octobre 2011, s’ouvre notre sixième concours de nouvelles dont le thème est : TRANSSIBERIEN (le transport, le train, le voyage). Le genre est libre (poésie – essai – littérature générale – jeunesse – science-fiction – théâtre…). Les auteurs ont plusieurs choix de participation. Le premier, sédentaire, est l’envoi d’une nouvelle de 12000 à 25000 caractères durant la période d’ouverture du concours, réception par internet à l’adresse compagniedubarrage@yahoo.fr.

La deuxième forme de participation, nomade, consiste à écrire sa nouvelle dans le train mythique : Le Transsibérien. A prendre un transsibérien reliant Moscou (Russie) à Pékin (Chine)  en 7 jours et 6 nuits , et ce, durant la deuxième quinzaine du mois de juin 2011. Tous les auteurs- participants prennent le même train en seconde classe (kupé) ou première classe. Ils écrivent leur nouvelle durant le trajet. Les manuscrits des nouvelles sont ensuite collectés à l’arrivée, en gare de Pékin, par un des membres de la Compagnie du Barrage ayant pris le même train que les auteurs-participants.

Une troisième forme (nomade) est à l'attention des photographes. Elle consiste à prendre des photographies du voyage, en intérieur ou extérieur, jour ou nuit, sachant que l'une d'entre elles illustrera la première de couverture du recueil 2011. Au terme de son voyage, chaque photographe pourra choisir trois photographies, pour participation au concours.

La forme de participation sédentaire a pour finalité l’édition d’un auteur, de même pour la participation à l’écriture-voyage. Deux auteurs, au minimum, seront ainsi édités dans le recueil de nouvelles 2011 des Editions du Barrage imprimé à 2000 exemplaires en format mini-poche (13/9 cms). L'auteur dont la nouvelle est choisie en premier reçoit 10 exemplaires du recueil édité à parution, un exemplaire du roman TRANSSIBERIEN de Stéphane Boudy (Editions Gunten - 2010) et un chèque de 100 euros. Les autres lauréats reçoivent 10 exemplaires du recueil. Ils cèdent de manière non exclusive les droits d'auteur de leur nouvelle ou de leur photographie dans le cadre d'une diffusion non commerciale et limitée à l'action culturelle de l'association Compagnie du Barrage.  Le recueil bénéficie d'un service-presse auprès de médias, institutions culturelles et partenaires en France et à l'étranger (Un avenant du 24 octobre 2011 rend libres les dates de voyage, contactez l'association).

 

 

 Article 2 (Partenaires – diffusion)

Sont partenaires les sites internet francophones Wrath, Espace français, Envie d'écrire, Bonnes nouvelles, Editions du barrage, l'Institut français de Bucarest, les Universités de Craiova et Constanta (Roumanie) et le service d'action culturelle de l'ambassade de France d'Istanbul (Turquie). La diffusion (gratuite) des recueils sera exclusivement assurée par les participants qui auront pour consigne de diffuser au moins un recueil dans le train ou dans une gare en donnant celui-ci à un passager. Chaque auteur-participant recevra ainsi deux recueils gratuits à parution. Cette diffusion-hommage salue le travail des auteurs ayant écrit sur un parcours ferroviaire mythique de plus de 7000 kilomètres.

 

 

Article 3 (Participations)

Première forme (Inscription à la forme sédentaire) : chaque auteur envoie une nouvelle de 12 000 à 25000 caractères par internet à l’adresse-mel de la Compagnie : compagniedubarrage@yahoo.fr, un courrier avec ses coordonnées, une enveloppe affranchie (0,56 euros) à son adresse et un chèque de 7 euros (ordre de l’association compagnie du barrage) à l’adresse postale : Compagnie du Barrage 5 Place du Marché des Chartrons 33000 Bordeaux (France). La participation, par auteur, est limitée à deux textes (Une nouvelle: 7 euros, deux nouvelles: 14 euros).

Deuxième forme (Inscription à la forme nomade) : chaque auteur participant écrit dans le Transsibérien une nouvelle de 12000 à 25000 caractères. Il s’inscrit par voie postale à l’adresse de la Compagnie du Barrage mentionnant ses coordonnées, joignant une enveloppe affranchie (0,56 euros) à son adresse et un chèque de 40 euros (adhésion annuelle à l'association : chèque à l'ordre de l'association Compagnie du Barrage). Une seule nouvelle est proposée par auteur.

Troisième forme (Inscription des photographes): chaque auteur-photographe participant s'inscrit dans les mêmes conditions que les participants à l'écriture nomade. A l'arrivée, à Pékin, chaque auteur-photographe envoie à l'adresse mel de l'association trois photographies de son choix.

Chaque participant peut s'inscrire aux trois formes du concours Transsibérien 2011.

Tous les participants à la forme nomade, écrivains et photographes, seront  contactés par un des membres de la Compagnie du Barrage avant le 15 février 2011. L’association, dont certains membres ont effectué plusieurs trajets (aller/retour) Moscou-Pékin en train, s’engage à aider les auteurs-participants à préparer leur voyage. A fournir les conseils nécessaires pour faciliter les démarches (visas – billets – hôtels) et diminuer ainsi de moitié le coût du voyage (prix-agence : environ 2000 euros). Tous les frais de voyage sont à la charge des participants. Compter environ 1000 euros pour aller de Paris à Pékin en bus et train, pour une durée de 10 jours de voyage: bus, train, hôtels (Riga, Moscou, Pékin) et visas inclus (Russie – Mongolie – Chine). Ajouter 300 euros pour un trajet en première classe.

Les membres de la Compagnie du Barrage prennent le même train que les participants jusqu'à Pékin (Chine) depuis Bordeaux, Paris, Riga (Lettonie) ou Moscou (Russie), en train et bus exclusivement. Tous les participants règlent individuellement leurs frais de visas (Russie – Mongolie – Chine), transports et hébergement. A Pékin, les participants programment eux-mêmes un vol de retour (ou un train), une visite de la Région etc

Les frais d’inscription au concours de nouvelles 2011 (sédentaire ou nomade) de la Compagnie du Barrage ne sont pas récupérables en cas de désistement. Les participants étrangers sont invités à se rapprocher de l'association pour le mode de règlement de leur participation au concours. Cet argent est entièrement affecté à l’impression du recueil de nouvelles 2011. Le concours de nouvelles de l'association Compagnie du Barrage ne reçoit aucune subvention. Les résultats seront communiqués sur le site de la Compagnie : www.compagniedubarrage.com le 1er décembre 2011 et les recueils édités dans un délai maximum de trois mois.

 

Article 4 (Jury)

L' écrivain Marc Séfaris, La blogueuse littéraire Lise-Marie Jaillant. Un producteur de cinéma franco-australien (Melbourne), la Guesthouse  - le « All in one » à Chiang Maï (Thaïlande), L’éditeur Gunten (Dole), un professeur de philosophie, deux membres de la Compagnie du Barrage à Bordeaux.

 

Article 5 (Cadre associatif 1901)

L'inscription au concours constitue une adhésion à l'action culturelle de l'association dont l'exposé se trouve sur le site www.compagniedubarrage.com. Aucun mailing de participants n'est constitué ni projet de vente en réseau. Chaque auteur- participant coopère à la production d'un recueil de nouvelles dans le cadre d'une action littéraire alternative. Les recueils de nouvelles ne sont pas commercialisés. Ils peuvent être commandés à l'association (Recueils 2006 – 2007 – 2008- 2009 - 2010) contre 6 timbres l'unité.

22/10/2010

Concours Transsibérien 2011 ouvert au 14 octobre 2010

Le concours littéraire et photographique Transsibérien 2011 est ouvert au 14 octobre 2010, le règlement ici: http://www.bonnesnouvelles.net/compagniedubarrage2011.htm

Transsibérien 2008.JPG

11/11/2009

Entretien avec Claire Thiollent - concours d'été

La nouvelle de Claire Thiollent Les terrasses d'Icarie a été choisie en second par le jury du concours d'été. Parution du recueil courant décembre 2009.
securedownload[1].jpgJ'écris des nouvelles de fiction depuis quinze ans.... de manière un peu paresseuse. Mes périodes les plus fertiles ont coïncidé avec les ateliers et groupes d'écriture amicaux auxquels j'ai participé (ou que j'ai animés) : un vrai moteur pour moi !
 
Quand je commence un texte, j'écris vite et sans savoir du tout comment il va se terminer.  J'écris pour transmettre des émotions. J'aime faire rire et "toucher" dans le même texte. J'aime écrire des histoires qui s'inscrivent dans leur époque, où l'intime est en relation avec les frissons, douleurs, chansons... qui parcourent la société.  
 
Je déteste l'autobiographie pour son impudeur. La fiction est pour moi un passage obligé, un plaisir. Elle est nourrie de fragments du réel, de ma vie et de celle des autres, avant tout des émotions vécues. Je recycle parfois une conversation surprise quinze ans plus tôt, une phrase dans une lettre ancienne...Mais je raconte une histoire nouvelle.
 
Pour "l'été", je voulais décrire un été immobile, "sous le soleil exactement", où un couple serait fasciné par un autre couple plus extraverti. Ce qui m'intéressait, c'était le moteur de la rivalité masculine, de l'envie... J'avais en tête les "petits chevaux de Tarquinia", (modèle absolu) son atmosphère, le jeu entre les deux couples. Le décor de la mer Egée a fait le reste...
 

01/04/2009

Ouverture du premier concours d'été le 15 avril 2009

Compagnie du Barrage – concours d'été – Thème: l'été.

 Article 1

Le premier concours d'été de la Compagnie du barrage est ouvert du 15 avril au 15 août 2009. Le jury éditera une à trois nouvelles dans un recueil au format mini-poche tiré à 2000 exemplaires. Les frais de participation sont de 9 euros par texte présenté. Cet argent est entièrement affecté à l'impression des nouvelles. Chaque participant peut faire concourir deux textes au plus (une nouvelle: 9 euros, deux nouvelles: 18 euros). Les textes ne doivent pas dépasser 25000 caractères. Ils sont des textes courts: nouvelles de fiction, d'impressions, d'idées. Le thème est l'été. L'été du vacancier, de l'estivant, la location, les rencontres, la chaleur, la plage, la montagne, baignades, randonnées ou l'été des moissons, l'été en prison..., bref tout ce qui a une relation à l'été.

Article 2

Chaque auteur édité recevra 60 euros, somme forfaitaire pour le règlement de cession non exclusive des droits d'auteur. Chaque nouvelle participante peut ainsi ne pas être inédite et aussi être éditée plus tard sans conditions posées par l'association Compagnie du Barrage. 10 exemplaires du recueil de nouvelles seront également cédés. Tous les auteurs recoivent un exemplaire gratuit du recueil à parution. Le recueil de nouvelles édité bénéficie d'un service-presse auprès d'une vingtaine de médias régionaux et nationaux. Il est diffusé gratuitement dans les centres culturels et établissements d'enseignement du français à l'étranger partenaires de la Compagnie du Barrage: L'identité des structures culturelles à l'étranger partenaires du concours d'été sera donnée au mois de juillet. La Pologne, le Guatemala, Barheïn, l'Afrique du Sud, l'Espagne et l'Angleterre sont pressenties.

Article 3

Inscription: Envoyer un courrier à l'association: Compagnie du Barrage 5 Place du Marché des Chartrons 33000 Bordeaux (France) avant le 16 août 2009 avec: Le titre de la nouvelle, nom de l'auteur et adresse. Un chèque de 9 euros à l'ordre de l'association. Une enveloppe timbrée 0,88 euros. (Facultatif: ajouter deux euros aux frais de participation si vous souhaitez recevoir le recueil du concours de nouvelles précédent)

Et un e-mail avec le texte en pièce-jointe au format word à l'adresse: compagniedubarrage@yahoo.fr

Article 4

Le jury est composé de l'écrivain Sylvie Dubin et d'un autre écrivain-invité, de deux membres de la Compagnie du Barrage, d'un journaliste du quotidien Sud-Ouest, de classes d'étudiants en français à l'étranger (dont l'Institut Français de Varsovie – Pologne) et d'un professeur agrégé de lettres modernes.

Article 5

Accusés de réception. Nous n'accusons pas réception des textes mais s'il manque une des deux pièces : la nouvelle par internet ou le courrier d'inscription par voix postale, l'auteur est contacté. Les points de détails du règlement (format des enveloppes, taille de la police,...) sont laissés à l'appréciation des participants. Les résultats seront communiqués sur le blog de la compagnie le 20 septembre 2009 www.compagniedubarrage.com

 


10/06/2008

Alain Emery auteur de l'édition 2008

 alain emery.jpg                                        

Pourquoi écrivez-vous ?

Si je n’avais pas autant de respect pour l’acte en lui-même, si je ne mesurais pas les efforts que consentent à chaque instant tous ceux qui tentent de coucher ce qu’ils ressentent sur le papier, je serais tenté de dire que j’écris comme je respire. Par pur réflexe. Pour l’équilibre. Pourquoi j’écris, je ne sais pas au juste. Mais si je devais à tout prix me pencher sur la chose, je dirais qu’il est sûrement question d’amour et de rien d’autre. Aimer, être aimé en retour, lire et être lu, etc.. Mais j’ai trouvé la solution à tout cela : Je ne m’explique pas l’écriture. J’en profite.

La littérature change t-elle le monde ?

Je ne me souviens pas avoir trouvé de réponse dans un livre. La vie s’en est chargée. Mais ce n’est pas le plus important. Le grand intérêt de la littérature n’est pas dans les réponses qu’elle pourrait donner mais dans les questions qu’elle pose. Un livre n’éveillerait qu’un seul d’entre nous au monde qui l’entoure qu’il aurait rempli sa mission. Et c’est en cela que la littérature change, chaque jour, imperceptiblement, le monde qui l’a vue naître.